4 clés pour briser le tabou de l’argent

Pourquoi vouloir parler d’argent, de sous, de finances, alors que je sais pertinemment qu’il s’agit de l’un des sujets les plus tabous de notre  société ?

C’est parce que ne pas en parler c’est en faire un problème insolvable !

Je m’explique, la majeur partie de notre vie d’adulte est tournée vers comment en avoir. Tout simplement parce que c’est le seul moyen que nous avons de  pouvoir nous  nourrir, nous habiller, nous loger,  et avoir des loisirs. En avoir, oui, mais juste le minimum,  sinon ça attire l’attention !

Eh oui, combien d’articles de journaux j’ai  vus, pointant le salaire perçu par telle ou telle personnalité publique, accompagnés de commentaires offusqués plein de passion de gens indignés ? Alors attention, je ne parle pas des politiciens qui ont un devoir envers ceux qui les ont élus et qui doivent rendre des comptes sur ce qu’ils perçoivent. Non, je parle  de personnes qui ont entrepris des carrières artistiques ou autres, qui voient leurs cachets révélés au grand jour et soumis aux sifflements désapprobateurs des internautes.

Il y a, et c’est encré profondément dans la mentalité, une espèce de mépris quasi obsessionnel, des gens qui font de l’argent, qui génèrent des revenus substantiels, à partir du moment où ils s’exposent. : Oui les footballeurs sont trop payés ! Oh ce chanteur ridicule il gagne tant ….

L’industrie du foot, de la chanson, la télé etc. Si chacune d’elle  peut se permettre de payer les gens à ce prix c’est parce que nous, derrière, nous sommes des millions à dépenser pour nous divertir ! Quel problème y a-t-il à ce qu’ils reçoivent leur dû ?

La fascination fait place au dénigrement et à la haine dans certains cas. Pourtant, nous voudrions tous jouir d’un peu plus de liberté financière. A chaque fin de mois, nous répétons sans cesse qu’il ne reste plus rien dans le compte. L’argent à peine rentré est dépensé, pour nous permettre d’assurer notre existence. Et cela concerne tout le monde. Les étudiants, les salariés, les personnes au chômage, les retraités, pas un seul ne cesse de se plaindre.

Les paroles de cette chanson de Yanis Odua dans le titre  « La maison ne fait plus crédit » illustre cela parfaitement :

 La maison ne fait plus crédit,

Sur le compte y’a plus de money,

Le mois n’est pas encore fini,

Il faut qu’on tienne !

 J’ai déjà tout dépensé,

Crois-moi que c’est vite arrivé,

Le temps de blinder le frigo, c’est chaud,

Il reste juste ce qu’il faut pour payer le loyer,

Et je ne roule même pas en Merco,

Au pire je peux prendre le taco,

Quand j’ai loupé le dernier métro et que pour le bus de nuit c’est trop tôt, […]

 Mais ce discours tant répété est devenu une norme. Se plaindre de ne pas avoir assez pour payer ses impôts, d’être à découvert suite à ses dernières vacances, faire la grève car les cotisations sur notre salaire ont augmenté,  tout ça attire la sympathie et l’approbation.

Le problème n’est pas dans ce discours qui traduit une réalité, le problème est dans ce qu’il déclenche en nous. Le sentiment de n’avoir aucun pouvoir sur ce qui nous arrive.  La sensation que c’est normal de subir cela en attendant une retraite dorée qui pourtant ne viendra jamais, car même retraités nous continuons de souffrir du manque de moyens suffisants.

Pourtant notre capacité à générer des revenus ne dépend pas de nos diplômes, ni de notre intelligence, ni même de combien nous gagnons en terme de salaires ou d’allocations chaque mois. Elle dépend uniquement de notre perception de l’argent.

Au fond de nous, nous souhaitons gagner plus  et pourtant nous continuons de rejeter corps et âme l’argent par conformisme.

Voici donc 4 clés pour modifier votre rapport à l’argent et acquérir votre liberté financière :

1/  Remplacez la frustration et le mépris envers ceux qui en gagnent suffisamment par la curiosité.

Telle personne a fait fortune, en faisant de la restauration, de la vente, dans la chanson, dans le spectacle,  etc. Au lieu de crier au scandale, intéressez-vous à son parcours. Comment s’y est-il pris ? Quels étaient ses objectifs ? Même si vous n’êtes pas un grand fan de la personne, vous trouverez sûrement là une source d’inspiration.

2/  Calculez votre « salaire net réel »

La majorité d’entre nous pensons que notre salaire est la somme qui est virée dans notre compte en banque chaque mois. Erreur !

Dans une fiche de paie l’employeur indique le salaire  brut. Ensuite, il déduit les cotisations et vous vire votre salaire net.

Vous devez faire de même, le salaire net doit être considéré comme étant votre salaire brut réel. Déduisez les sommes exactes qu’il vous faut enlever chaque mois, que vous le vouliez ou non : le loyer, le transport, les factures, les crédits … et voyez ce qui  reste. Ceci est votre salaire net réel ! Au lieu de dire je gagne 1800 euros par mois vous vous direz à vous-même, en fait je gagne 50 euros par mois en salaire net réel, et cela vous fera l’effet d’une bonne claque ! Pire encore si vous êtes à 0 ou dans le négatif, croyez-moi !

3/ Lisez,  formez-vous, ajoutez de la valeur à vous-même.

Maintenant que vous savez que vous êtes pris dans une spirale qui va pomper votre temps, toute votre jeunesse, votre énergie, votre bonheur, vous devez investir dans votre développement personnel pour changer de perspectives, et trouver un moyen d’augmenter votre salaire net réel.  Certains auteurs ont écrits des livres qui devraient figurer dans toutes les bibliothèques : Je pense à Robert Kiyosaki avec le livre Père riche, père pauvre, ou à Napoléon Hill avec son indétrônable Réflechissez et devenez riche.

Ces livres qui parlent d’enrichissement aussi bien financier que personnel vous permettront d’accéder à une grande indépendance vis-à-vis de votre conditionnement initial et vous ouvriront des perspectives intéressantes.

4/ Passez à l’action

Pensez à ce qui fait votre particularité, ce qui peut ajouter de la valeur dans votre vie et celle des autres et passez à l’étape supérieur. Passionné de pâtisserie, de peinture, de photographie, pourquoi ne pas en faire une source de revenus en vendant vos créations ? Un pro du bricolage, vendez vos services. Vous êtes excellente couturière, alors proposez aux gens de les habiller avec votre propre style. Développez votre propre side hustle, votre activité salariée basée sur vos compétences et vos passions.

Personnellement, j’avais des cahiers entiers de textes écrits et voués à rester dans l’ombre. J’ai décidé de faire de cette passion une source supplémentaire de revenus en sortant mon premier roman Comment je suis devenue prof. Je m’éclate en écrivant à nouveau et je gagne un complément de revenu. Mieux encore, je m’enrichis humainement par toutes les rencontres que je fais  grâce à ses écrits.

 

Alors réfléchissez ! Avec ces quatre clés vous pourrez sortir de cette roue infernale et vous gagnerez une grande confiance en vous en apportant un plus aux autres et en recevant en échange plus d’argent. Libérez-vous des tabous qui vous empêchent de réfléchir réellement ou qui vous font éluder les questions financières dès lors que vous entrez dans une situation jugée confortable par la société mais qui vous maintient dans un étranglement financier permanent.

 

Donnez-vous la chance de vivre pleinement vos rêves !

 

 

Naima S. A. Diallo

 

 

NB: Ce site contient des liens d’affiliation avec Amazon.fr

 

5 commentaires On 4 clés pour briser le tabou de l’argent

Laissez une réponse:

Votre adresse mail ne sera pas publiée

Site Footer