Aimez-vous souffrir ? La question qui vaut 1 Million

Aimez-vous souffrir ? Vous trouvez que ma question est bizarre, sans doute. Pourtant il fallait vraiment que je vous la pose. Parce que si tel est le cas, peut-être que vous pensez que le bonheur est une question de chance, ou de destinée. Et que certains seraient voués au malheur tandis que d’autres, touchés par la grâce, auraient le monopole du bonheur. Si telle est votre croyance, il y a des chances que vous aimiez la souffrance et qu’en fait vous soyez très souvent malheureux. Au risque d’en choquer certains, je le dis : être heureux est une question de choix.

Nous sommes tous touchés par les imprévus, les événements plus ou moins graves qui affectent nos proches ou notre santé. Et il est normal de se sentir dépassé, ou en désarroi. Mais certains décident d’en ressortir plus fort, et d’autres choisissent de se punir encore et encore jusqu’à ce que dépression ou pire s’en suive. Ces derniers se sentent vivre intensément seulement lorsqu’ils peuvent faire l’expérience de la douleur et de l’auto sabotage.

Je l’ai moi-même longtemps fait, avant de me rendre compte que c’était non pas les événements en eux-mêmes, mais plutôt  ma réponse à ces événements qui était la source de mes angoisses. J’aimais l’idée que ma vie était dramatique, que je pouvais raconter mes malheurs pour qu’on puisse s’apitoyer sur mon sort. Être écoutée, soutenue et réconfortée. Ecrire de longs poèmes en appelant au secours tragiquement. Je disais vouloir être bien, mais en fait je faisais tout pour que cela n’arrive pas. Car alors, je n’aurais plus rien à raconter pour rester dans le moule. Mais qu’est-ce que cela m’a apporté ? Pourquoi vivre constamment dans la rancune et la culpabilité, quand on peut vivre une existence bien plus intéressante en décidant de faire de son bien-être une priorité ? Oui, cela fait moins de sujets de conversations pendant les pauses café, mais la vie devient beaucoup plus stimulante.

 

Si vous aussi vous voulez  cesser de vous complaire dans ce rôle de victime des aléas, victime des autres, et victime de vos émotions, ces conseils vous intéresseront :

1/ Aimez-vous sincèrement

A partir de ce jour vous devez être conscient de ceci : vous êtes la personne la plus importante du monde. Vous méritez le bonheur, vous méritez la réussite. Vous devez faire de vous une priorité. Tous les gens qui vous tirent en arrière, ne doivent plus avoir de place dans votre vie.

Tous ceux qui veulent vous voir tomber sont rongés par le poids de leur peur, de leur incapacité à aller de l’avant. Ils ne veulent pas être seuls et vous êtes la proie idéale pour qu’ils aient l’impression d’avoir un peu de pouvoir. Ils se sentent bien quand votre lumière s’éteint.

Alors cessez de donner le meilleur de vous-même aux autres, et consacrez votre énergie à vous aimer vous. Regardez-vous dans le miroir et appréciez votre reflet, et la personne que vous voyez. Vous seule avez le pouvoir de faire émerger votre véritable MOI. Epanoui, et heureux de vivre.

« La vie heureuse, est celle qui est en accord avec sa propre nature. » Sénèque

2/ Acceptez votre passé pour arrêter de souffrir

Par le passé, vous avez menti, peut-être trahi, ou fait des choses inavouables. L’ennuie c’est que les regrets vous poursuivent et vous empêchent d’apprécier les bienfaits qui tombent sur vous. Vous avez l’impression de ne pas les mériter, ou que tout finira par s’écrouler, parce que vous n’avez pas toujours été réglo.

Mais il faut apprendre à accepter aussi cette part d’ombre. Elle constitue une de vos plus grandes forces. C’est parce que vous êtes passé par là que vous pourrez aider d’autres personnes qui traversent les mêmes doutes. Ceux qui sont capables de changer du tout au tout pour devenir une meilleure version d’eux-mêmes sont plus courageux que ceux qui n’ont jamais rien eu à se reprocher.

« J’accepte le passé, je m’empare du présent, et j’attends l’avenir. » H.F. Amiel

3/ Aidez au moins une personne par jour

Si nous redonnons un peu de ce que nous avons, à la personne de notre choix, nous évacuons le sentiment de culpabilité, celui qui nous oblige à vouloir être malheureux car on a l’impression de ne pas mériter ce qu’on a. Alors certes,  notre temps  et nos capacités sont limités, mais nous  avons tous la capacité de vivre une vie en ajoutant de la valeur chaque jour. Par exemple, si chaque fois que vous apprenez une chose, vous l’enseignez à votre tour, vous contribuerez au bien-être des autres. Vous pouvez soutenir une cause qui vous est propre, ou simplement sourire à une personne énervée dans la rue… Une bonne action tous les jours est un excellent moyen pour ressentir profondément que la vie a un sens.

« Il n’existe pas de meilleur exercice pour le cœur que de se pencher pour aider quelqu’un à se relever. » J. Holmes

4/ Acceptez de ne pas plaire pour ne plus souffrir

Si vous cherchez constamment l’approbation des autres vous passerez le plus clair de votre temps à vous torturer. Vous êtes unique, et vos décisions, votre personnalité peuvent ne pas convenir à certains. Et alors ? Ne portez pas ce fameux masque qui change au gré de la personne que vous avez en face de vous. Vous ne pourrez plus vous regarder en face et vous aurez de moins en moins d’estime pour vous-même.

Ayez du respect pour vos convictions, et vos valeurs et les gens vous respecteront même s’ils ont des avis contraires au vôtre.

Posez des limites quand il le faut et ne vous laissez pas abuser si vous sentez que votre intégrité est en jeu. Faites toujours en sorte d’être vrai, vous vous remercierez plus tard.

 

« Le respect de soi-même est un de ces mystères des belles âmes que les âmes ordinaires ne peuvent comprendre. » C. de Théis

 

Alors pour finir,  répétez plusieurs fois ces affirmations puissantes :

Je mérite d’être heureux.

J’accepte ma part d’ombre et ma part de lumière.

J’aide les autres.

 

Vous êtes aux commandes de votre vie.

Si cet article vous a plu, je vous invite à le partager pour en faire profiter d’autres personnes.Vous pouvez également vous inscrire à la newsletter pour recevoir les prochains articles sur votre boîte mail. Vous recevrez en cadeau de bienvenue un extrait de mon premier roman « Comment je suis devenue prof »

 

 

Naima S. A. Diallo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 commentaires On Aimez-vous souffrir ? La question qui vaut 1 Million

  • Hello, Naima, excellent article sur le fait que nous sommes responsables de notre bonheur dans une large mesure. Tant de gens voient systématiquement le verre à moitié vide. J’aurais ajouté à ta liste, l’exercice de la gratitude à faire quand on commence à glisser sur la pente de la plainte. Faire le compte de toutes les bonnes choses que l’on a eues ou que l’on a dans sa vie, que ce soit les moments, les personnes, les objets, les situations… Très heureuse de te lire. En pause de FB comme tu l’as peut-être noté. Je te souhaite le meilleur. Bises

    • Merci Sandra. Oui tu as raison, pratiquer la gratitude au quotidien a des effets très bénéfiques.
      On aura l’occasion d’échanger très bientôt je l’espère.

Laissez une réponse:

Votre adresse mail ne sera pas publiée

Site Footer