Amour, miracle et spiritualité

Il était exactement 17h56. Marie était assise en face du canal Saint-Martin. Si à 18h, l’homme qu’elle attendait ne pointait pas le bout de son nez, elle partirait sur le champ. Plus que 4 minutes avant de pouvoir s’enfuir. Elle observait  l’eau verte du canal qui scintillait au  soleil. En plein été, le soleil ne se coucherait que bien plus tard. Elle aimait cette période où l’aube et le crépuscule étaient si rapprochées.  Peu de place pour la nuit et ses heures sombres. La solitude lui paraissait moins oppressante en plein jour, dans ce lieu où les parisiens en quête de fraîcheur venaient se détendre. Elle entendait le brouhaha de leurs conversations mêlé aux bruits de la circulation.

D’ailleurs la solitude parlons-en ? N’était-ce pas à cause d’elle que Marie s’était retrouvée sur ce site de rencontre chelou ?

« Amour, miracle et spiritualité » Viens rencontrer celui avec qui tu vivras chaque jour comme un miracle. Le site de rencontre pour ceux qui ont un don de lumière.

Elle ne savait pas ce que signifiait « avoir un don de lumière », mais elle avait bien aimé le nom du site sur lequel elle était tombé. Habituée à agir avant de réfléchir, elle avait directement créé son profile. Sur la rubrique don, elle avait complété « J’ai le don d’agir » et envoyé une photo d’elle en pyjama. Sur le coup elle avait trouvé ça amusant, mais dès le lendemain, elle avait reçu une «  invitation au partage », une notification du site dans lequel un certain Youssef voulait la rencontrer. En cliquant sur son profil, elle avait la photo d’un homme d’une trentaine d’année, en t-shirt blanc qui souriait comme un enfant avec un regard malicieux. Pas très beau, mais elle ne saurait dire pourquoi, elle l’avait trouvé effectivement « lumineux ».  Et ce qui l’avait le plus intriguée c’était qu’il avait notifié qu’il avait le don de «lire les gens . »

Le site ne permettait pas les discussions en ligne. On pouvait simplement sélectionner une date et une heure de rencontre dans un calendrier, et choisir un point de rencontre sur une carte. Ainsi, elle n’avait aucune idée de ce que signifiait le don de son chevalier servant.

 

18h00… L’heure fatidique. Marie se résolut à jeter un regard à droite à gauche mais elle ne vit personne qui correspondait à l’homme qu’elle avait vu sur le site. Un peu honteuse, elle se leva brusquement, et se résolut à quitter le point de rencontre.

« La solitude est une connasse » murmura-t-elle à elle-même. On fait vraiment des choses stupides parfois. Marie n’avait qu’une envie c’était de se précipiter sous sa couette et manger des cochonneries devant une bonne série Netflix. Elle appela la boulangerie devant son immeuble pour faire sa commande :

− …Une pizza orientale moyenne, avec du piment d’Espelette. Je viens la chercher dans une heure, le temps d’arriver. Oui c’est Marie. Non pas de tarte aux pommes en dessert cette fois ci. Un fraisier c’est bon, si les fraises ne sont pas trop acides…Oui ? Alors je prends ça. Merci. »

− J’aime qu’on me demande mon avis avant de commander, mais soit. Comme j’ai en face de moi une femme d’action, je capitule. »

Marie sursauta en poussant un cri et fit face à son interlocuteur. C’était bien celui qu’elle attendait. Il portait des lunettes de soleil, mais elle arrivait encore à percevoir cette espèce de lumière qui émanait de son regard.

Il souriait amusé de la réaction.

− Vous êtes en retard… Je …j’allais partir, Bredouilla Marie mi gênée, mi-énervée. J’ai horreur qu’on me fasse attendre.

− Je vous demande de m’excuser d’être arrivé cinq  minutes après l’heure du rendez-vous,  Répondit-il avec son fameux sourire malicieux, en appuyant bien sur « cinq minutes » comme pour signifier combien il trouvait la réaction de la jeune femme excessive,  Je vois que vous avez trouvé une bonne alternative pour me remplacer ce soir. Mais restez avec moi, je vous garantis que je serai de meilleure compagnie que votre pizza, Marie.

 

Marie avait très envie de se jeter dans l’eau du canal mais elle se reprit et répondit honnêtement :

− Je ne sais pas pourquoi je suis là. Je m’ennuie en fait. Peut-être que vous pourrez me distraire, alors je veux bien rester. Et oui, j’aime manger quand je suis frustrée. On peut se tutoyer Youssef ? Maintenant que tu connais mes vices je n’ai plus rien à cacher.

− Ok, je n’ y vois pas d’inconvénients. Et… Excuse t’avais acheté des fleurs mais je les ai oubliées  sur le siège du bus, ajouta- t-il un peu confus.

− Oh , un étourdi. Génial ! Répliqua-t-elle ironiquement.

− Oui tu connais aussi un vice à moi. Ça fait un partout.

La jeune femme sourit à son tour.

− Et ça fait longtemps que tu es sur « Amour miracle et spiritualité ? » simple curiosité.

L’évocation du nom du site provoqua un rire chez les deux jeunes gens.

­−Disons que si le site s’était appelé « Haine, Trahison, et Dénigrement », je  me serais abstenu, Répondit-il en riant de plus belle. Non, je me suis inscrit le soir même où j’ai vu ton profile. En réalité, juste après mon inscription , j’ai cliqué sur le premier profile que j’ai vu et c’était le tien.

−  Oh, s’exclama-t-elle un peu vexée, donc c’était au pif. Bon, d’accord…Et le don que tu as mis sur le site, de quoi s’agit-il, ou bien c’était juste pour remplir les cases du site?

−Ah ça… Viens on va boire un verre et je t’expliquerai.

 

Quelques minutes plus tard, Marie et Youssef étaient assis sur la terrasse d’un café. Marie avait préalablement rappelé la boulangerie pour annuler sa commande, en se promettant intérieurement de ne plus se réfugier dans la nourriture à l’avenir, tout en sachant qu’elle ne tiendrait pas plus de trois jours ses nouvelles résolutions.

Elle sourit en voyant le nom du café : Liberté, Egalité, Fraternité. Elle n’avait jamais vu la devise de la France ailleurs que devant les institutions publiques. Mais depuis la victoire à la coupe du monde, le drapeau bleu blanc rouge avait repris de sa superbe.

Le serveur vint leur servir des cocktails décorés d’un drapeau de la France, les Frenchy : la spécialité de la maison.

En appréciant leurs boissons, Ils s’étaient mis à parler  comme de vieux amis.

− Et toi, Marie, ton don ? Attends ne dis rien. Tu as le don d’agir car tu es impulsive, c’est bien ça ? Tu fais les choses qui te chantent quand ça te chante.

− Oui… Tu as compris ça comment ? Demanda-t-elle intriguée.

− En te voyant. Et si je puis rajouter, tu es très peu entourée, je dirai même que tu es en rupture avec ta famille et tu n’as pas de véritable ami. Les gens sont effrayés par ton tempérament. Tu te sens très seule en ce moment . Et tu as l’impression d’être une extra-terrestre car tu ne trouves ta place nulle part…

Marie reçu ces mots comme un coup de massue. Qui était ce type ? Et pour qui il se prenait au juste ?

Youssef comprit qu’il avait déstabilisé la jeune fille.

− Je te demande pardon. Tu voulais savoir ce que signifiait mon don. C’est celui-ci. Je sais lire les gens dès la première rencontre. Je m’en sers dans mon métier. C’est comme ça que je trouve l’inspiration pour composer mes chansons.

− Tu es chanteur ?  Questionna-t-elle en faisant tout pour ne pas perdre la face.

− De temps à autre. Je suis musicien, j’accompagne des artistes au piano. Mais j’écris aussi des paroles pour les chanteurs. Je lis en eux et je leur fournis des musiques  qui les racontent.

− Oh je vois je comprends,  Reprit-elle, un peu adoucie, Je suis écrivaine. Je me sens en paix au contact des mots, et d’une certaines manière on partage le même don, car c’est ce que je fais quand j’invente des personnages. Mais c’est vrai que j’ai du mal avec les gens en réalité, finit-elle par avouer.

− Ah , je le savais ! S’exclama-t-il.. J’ai hâte de lire ce que tu fais. Alors on porte un toast à ce magnifique site, qui a fait se rencontrer des amoureux des lettres ,un peu décalés de la réalité.

− Je dirais plus, des personnes qui ont choisi leur réalité. Et trinquons au début d’une belle aventure peut-être. A la tienne !

 

Fin

Ceci est un écrit basé sur une liste de mots suggérés sur ma page facebook: @Naimasadiallo .

Mot suggérés par les internautes: pomme, fraise, chevalier, aube, paix, fraternité, trahison, fleur, piano, garantie, miracle, curiosité

Si cet écrit vous a plu laissez-moi un commentaire ci dessous. Vous pouvez aussi vous inscrire à la newsletter pour être au courant des prochains écrits. Vous recevrez en cadeau de bienvenue un extrait de mon roman « Comment je suis devenue prof ». 

 

 

 

 

 

 

6 commentaires On Amour, miracle et spiritualité

Laissez une réponse:

Votre adresse mail ne sera pas publiée

Site Footer